Réfugiés, collectionneurs, pirates : planète manga

8,6 milliards d’euros

C’est la perte due au piratage, selon l’industrie du manga en 2021. Un chiffre multiplié par 4,8 en un an, d’après l’Authorized Books of Japan, qui regroupe des éditeurs. Malgré la fermeture en 2019 de Mangamura, plus grand site pirate du Japon, puis celle de Manga Bank en 2021, explique le quotidien japonais Asahi Shimbun, il existe plus de 900 sites sur lesquels on trouve des mangas piratés à lire sur écran ou à télécharger. En janvier, Nikkei Asia révélait que des géants du manga et de l’anime vont rejoindre une organisation internationale antipiratage qui regroupe des acteurs culturels de treize pays.

Au service des réfugiés ukrainiens

Environ 1 300 Ukrainiens se sont réfugiés au Japon depuis le début de la guerre lancée par la Russie. La plupart n’avaient jamais visité le pays et ne parlaient pas un mot de japonais. Pour les aider à préserver leur santé, la mangaka Riki Kusaka, connue pour son œuvre Help Man ! (l’histoire d’un infirmier qui aide des personnes âgées), a imaginé une série de cartes dessinées nommant différentes parties du corps et symptômes (mal de dos, toux, nausée…) en japonais et en ukrainien. “C’est utile, les termes médicaux sont très techniques”, se félicite Kostiantyn Ovsiannikov, professeur ukrainien installé au Japon, qui a aidé la mangaka. “Je ne voulais pas que les réfugiés soient isolés ni gênés par la barrière de la langue”, a raconté Riki Kusaka au journal Asahi Shimbun.

Twitter @Kusakariki0609
Twitter @Kusakariki0609

Les défis de la traduction

Les animes adaptés des mangas sont “incompréhensibles sans un doublage adéquat”, remarque le journal argentin Huarpe. Or l’espagnol d’Espagne n’est pas toujours très clair pour les habitants d’Amérique latine, où l’idiome des anciens colons a évolué. Si les Colombiens, les Panaméens ou les Argentins peuvent discuter dans la même langue, certains mots et formulations sont différents. Selon le quotidien, les producteurs d’animes ont pris en compte ces distinctions et s’efforcent d’adapter à chaque pays les expressions idiomatiques japonaises tout en réduisant les délais. Les comédiens se sont aussi professionnalisés et doublent désormais les dialogues dans les différentes variantes latino-américaines de l’espagnol.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles