Réfugié mort à Paris : «Karim a vu des choses atroces, il était livré à lui-même»

Libération.fr
A Paris, le 11 mars. Hommage à Karim, réfugié soudanais, mort porte de la Chapelle le jeudi 8 mars.

Jeudi, un trentenaire soudanais et érythréen a été retrouvé mort porte de la Chapelle, à Paris, un an après avoir obtenu l'asile. S'il disposait bien d'un logement, l'absence de suivi psychiatrique lui a été fatale, selon des associations.

Au mois de mars l’année dernière, la France a accordé sa protection à Karim Ibrahim, un migrant d’origine soudanaise et érythréenne, en le reconnaissant comme réfugié. Un an plus tard, le 8 mars, Karim Ibrahim est mort dans une rue du XVIIIe arrondissement de Paris. Que s’est-il passé durant cette année pour que ce trentenaire perde la vie sur une bouche d’aération ? La France a-t-elle failli à sa mission d’accueillir et protéger ? Dimanche, lors du rassemblement citoyen en sa mémoire, c’est le sentiment qui dominait parmi la centaine de personnes présentes. Ce lundi, de nouvelles informations viennent éclairer la funeste trajectoire de Karim Ibrahim.

A lire aussiNantes : les migrants expulsés de l’université trouvent refuge dans une ex-maison de retraite

S’il vivait ces derniers temps porte de la Chapelle, il semble que Karim Ibrahim n’était en fait pas «réellement» à la rue. Il y a environ un an, Yannick Martin, le vice-président de l’association Rallumeurs d’étoiles qui propose des activités sportives et culturelles au centre d’accueil et d’orientation (CAO) de Laval (Mayenne), a fait sa connaissance. Il décrit un homme traumatisé par son passé, dont la famille avait quitté son Erythrée natale pour le Darfour : «Il a vu des choses atroces, sa famille a été massacrée devant lui. Il s’est réfugié dans l’alcool. Et puis Karim n’avait pas de but. La demande d’asile c’est une procédure longue, qui génère de l’ennui. Laquelle est la mère de tous les vices… Il était livré à lui-même.» «Il avait un vrai problème d’addiction tout à fait identifié», confirme Pierre Henry, le directeur général de France Terre d’asile, association qui intervient aussi au CAO de Laval.

«On pressentait qu’un drame allait arriver»

Après avoir (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le Front national change de nom sans changer de ligne, «à droite toute»
Responsabilité sociale des entreprises : le code civil sera bien modifié
Elections européennes : Hamon et Varoufákis lancent l’«appel de Naples» pour une liste transnationale
Et si la mission de l'entreprise ne se limitait plus au profit ?
Le nom «Rassemblement national» cédé à un avocat du FN le 22 février, selon le FN