Réformes des retraites : Barbara Pompili ne la votera pas « à ce stade »

Barbara Pompili photographiée à l’Élysée le 11 mai 20221 (Illustration)
LUDOVIC MARIN / AFP Barbara Pompili photographiée à l’Élysée le 11 mai 20221 (Illustration)

POLITIQUE - Le début d’une fronde dans la majorité ? Alors que l’exécutif ne cesse d’insister sur le caractère « juste » de la réforme des retraites, certaines figures de la galaxie macroniste estiment que le compte n’y est pas. C’est notamment le cas de l’ancienne ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili.

Auprès de BFMTV ce lundi 16 janvier, la députée de la Somme (présidente du mouvement En Commun) juge que le texte porté par Élisabeth Borne porte de trop nombreuses « injustices sociales », notamment pour ceux qui ont commencé à travailler à 18 ans et qui devront cotiser une année supplémentaire pour partir à taux plein.

Raison pour laquelle l’ancienne EELV n’est pas convaincue par le projet. « À ce stade, si je devais voter maintenant, je ne pourrais pas voter pour », affirme celle qui a pris ses distances avec le parti présidentiel.

Les frondeurs font leurs propositions ce mardi

« Le choix de repousser l’âge de départ à la retraite nécessite en face des mesures réparatrices très ambitieuses », affirme encore Barbara Pompili, alors que des élus Renaissance membres du satellite En Commun expriment aussi leurs réserves. À l’image de Mireille Clapot, députée la Drôme, qui a déploré sur France Bleu le choix de la mesure d’âge fait par l’exécutif pour réformer le système.

« Nous pensons que c’est trop uniforme, et que ça ne prend pas en compte la diversité des situations », explique l’élue, qui juge « injuste » le report de l’âge de départ, reprenant ainsi une critique des syndicats, notamment la CFDT. Également membre du mouvement de Barbara Pompili, la députée du Maine-et-Loire Stella Dupont souhaite de son côté « des mesures plus fermes » sur l’emploi des séniors.

Les députés Renaissance membres du mouvement En Commun ont prévu de présenter ce mardi soir leurs propositions pour compléter le texte. En attendant, ces états d’âme agacent en terme, selon LCP. Il faut dire que dans le contexte de la majorité relative (et même avec le concours plus ou moins acquis des troupes LR) l’exécutif aura besoin de toutes les voix pour faire passer son texte.

Alors, si même des élus Renaissance se font prier pour voter… En réunion de groupe, la présidente des députés Renaissance, Aurore Bergé, aurait ainsi appelé les siens « à ne pas remettre en cause l’équilibre de la réforme ».

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Par ailleurs, le début d’une cacophonie sur ce sujet explosif tomberait particulièrement mal à quelques jours d’une mobilisation d’ampleur contre cette réforme des retraites, à laquelle sont hostiles près de 7 Français sur 10 selon un sondage YouGov pour Le HuffPost.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi