Réforme des retraites : les régimes spéciaux ne concernent-ils que 3% des actifs ?

franceinfo

À l'approche de la grève interprofessionnelle du 5 décembre, qui s'annonce très suivie notamment à la SNCF et à la RATP, le gouvernement dénonce des "revendications corporatistes" qui visent à défendre les régimes spéciaux dont bénéficient ces salariés. Pour Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord, sur Sud Radio, ce mercredi 27 novembre 2019, c'est un écran de fumée destiné à détourner l'attention du grand public : "Il n'y aura que des perdants et tout le monde est concerné. On parle beaucoup des régimes spéciaux qui permettent au gouvernement d'attiser les divisions, mais ces régimes spéciaux ne pèsent que trois petits pour cent de la population active."

Ces régimes spéciaux ne pèsent que 3% de la population active.

Adrien Quatennens

à Sud Radio

En réalité, c'est deux fois moins si l'on s'en tient aux 10 régimes spéciaux définis par un décret.

La définition officielle concerne moins d'un demi-million d'actifs

De l'aveu même de l'entourage du haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye, il n'existe pas de définition stricte de ce que l'on qualifie couramment de "régime spécial". Toutefois, un décret établit une liste de 10 régimes "comportant un dispositif spécifique de reconnaissance et de compensation de la pénibilité". Dans l'ordre décroissant du nombre d'actifs, cela concerne le régime de retraite des salariés de la SNCF (sous statut), des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi