Une réforme des retraites, oui, mais pas sans un plan massif pour l’emploi!

Cairou, Guillaume
/ LOIC VENANCE/AFP

FIGAROVOX/TRIBUNE - Le soutien de la majorité des Français au mouvement de grève du 5 décembre traduit une méfiance généralisée dans notre système économique et social, défend l’entrepreneur Guillaume Cairou. Seule une politique de croissance et d’emploi saurait en venir à bout.

Guillaume Cairou est président du Club des Entrepreneurs et président-fondateur du groupe Didaxis-Hiworkers.

Alors que le gouvernement entend rétablir l’équilibre du système de retraites avant le lancement du nouveau «régime universel» en 2025, les débats s’hystérisent autour de l’intérêt de la réforme et des économies à réaliser avant sa mise en place. Comme si nous acceptions que le destin français soit de laisser croître des inégalités ou de perdre moins à défaut de gagner plus, comme si la France n’était pas la France!

La retraite incarne la fraternité du peuple français

La retraite n’est pas un droit fondamental car elle est bien plus que cela. Contrepartie d’une vie de contribution à la richesse nationale, elle est le ciment de notre contrat social. Elle a fait de nous la sixième puissance économique et un des peuples les plus influents de la planète. Mais malgré les dépenses sociales les plus élevées du monde avec 31,5 % du PIB, la nationalité la plus enviée selon le Quality of Nationality Index, le territoire le plus visité, des capacités universitaires, scientifiques et techniques exceptionnelles, notre grande nation n’a plus confiance en elle-même.

La grève est soutenue par une majorité de Français. Cela traduit surtout la défiance, maintes fois constatée ces dernières années, du peuple envers ses représentants politiques. Plus surprenant, une étude de HSBC affirmait en 2017 que 44 % des jeunes pensent ne pas bénéficier de la retraite. De quoi mesurer la rupture du lien de confiance générationnel entre les Français eux-mêmes, et le danger pour la pérennité de nos valeurs de solidarité et de fraternité.

Pourtant, ces inquiétudes ne sont qu’à moitié fondées, et pour partie (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Qui seront les perdants de la réforme des retraites? 
Retraite: le grand chantier point par point 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro