Réforme des retraites: la piste du recours à l'amendement écartée?

Lors d’un tête-à-tête vendredi, Emmanuel Macron et Élisabeth Borne ont abordé le dossier chaud de la réforme des retraites. Et face à la levée de bouclier venue de l'opposition et d'une partie de son camp, Emmanuel Macron semble prêt à abandonner cette piste et à passer par un simple projet de loi.

L'entourage du chef de l’État le jure, jamais Emmanuel Macron n'aurait envisagé de passer en force, même si son objectif est d'adopter la réforme avant fin 2023. Une remarque qui fait rire un conseiller d'un cadre de la majorité. « Ça sent le rétropédalage », s'amuse cette source.

Si Emmanuel Macron recule, ce ne serait pas à cause de l'hostilité, attendue, du RN ou de la Nupes. L'Élysée craint d'abord le risque de braquer les députés républicains et socialistes qui pourraient voter une réforme des retraites, rapporte notre journaliste du service politique Julien Chavanne.

► À lire aussi: Retraites: inquiétudes autour du calendrier de la réforme

Et puis ce qui ferait reculer le chef de l'État, c'est surtout le début de fronde au sein de la macronie, de la présidente de l'Assemblée, Yaël Braun-Pivet, au patron du Modem François Bayrou, jusqu'à la Première ministre. Emmanuel Macron ne pouvait pas se permettre de mettre le feu dans sa majorité.


Lire la suite sur RFI