Réforme des retraites : Olivier Véran estime que le projet défendu n'a « rien à voir » avec le système suédois

© REUTERS/Benoit Tessier

Dimanche sur BFMTV, Karl Gustaf Scherman mettait en garde Emmanuel Macron. L'ancien directeur de la sécurité sociale suédoise, à l'origine du relèvement de l'âge pivot de départ à la retraite à 65 ans dans le pays nordique, incitait l'exécutif à « ne pas recopier ce modèle ». Une prise de parole largement relayée sur les réseaux sociaux tricolores et désormais utilisée comme argument par les oppositions. Lors d'un débat le réunissant aux côtés de Jordan Bardella (RN) et de Mathilde Panot (LFI), mardi soir sur BFMTV, Olivier Véran a contesté toute comparaison entre le modèle suédois et le projet de réforme de la majorité présidentielle. « Depuis deux jours, j'en entends parler, alors je suis allé regarder leur système. D'abord, ils ont un système par points. Ensuite, ils ont une grosse part de capitalisation, ce qui est exactement l'inverse du système par répartition que nous défendons. Vous devez cotiser toute votre vie pour votre propre retraite et donc ça créé des inégalités », a commencé par défendre le porte-parole du gouvernement.

En Suède, « ils ont indexé les points sur l’espérance de vie et sur le niveau de croissance », a souligné Olivier Véran, avant d'être coupé par le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, qui lui a demandé si ce n'était pas l'une des mesures proposées par l'exécutif « avant le Covid ». « Ils ont un investissement public bien plus faible que celui qu'on met en France et ils n'ont pas tous les mécanismes d'amortissement social qu...


Lire la suite sur LeJDD