Réforme des retraites : "il n'y a pas d'urgence à faire adopter un texte dont personne ne veut", estime Fabien Roussel (PCF)

France 2

D'après un sondage Odoxa-Dentsu Consulting, 45% des Français savent pour qui ils vont voter aux élections municipales les 15 et 22 mars. Le patron des communistes espère que ce vote servira de sanction au gouvernement. "C'est une élection d'abord locale, il faut se déterminer en fonction des préoccupations locales. Mais je voudrais dire aux habitants que leur bulletin de vote est un moyen démocratique énorme (...) je ne comprendrais pas que l'on ne sanctionne pas ce gouvernement", assure Fabien Roussel.

Bras de fer avec l'exécutif

Depuis la présentation de la réforme des retraites, les communistes ferraillent avec le gouvernement. Selon Fabien Roussel, "il n'y a pas d'urgence à faire adopter un texte dont personne ne veut". Pour le leader communiste, il faut attendre la fin de la négociation avec les partenaires sociaux : "On ne sait même pas comment elle sera financée". Et puisque toutes les occasions sont bonnes pour attaquer le gouvernement, il fustige l'engagement du Premier ministre dans les élections municipales. Édouard Philippe peut-il assurer la gestion de la crise sanitaire du coronavirus tout en faisant campagne au Havre (Seine-Maritime) ? "On lui pose de temps en temps la question, on aimerait bien qu'il nous réponde", déclare le secrétaire national du Parti communiste. Il "regrette cette situation".

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi