Réforme des retraites : « Je ne renonce pas à convaincre » martèle Élisabeth Borne

© BERTRAND GUAY-POOL/SIPA

Ce samedi, la première ministre Élisabeth Borne est venue défendre sur France inter la réforme des retraites dévoilée mardi 10 janvier. Avec une mesure phare, l’âge de départ à la retraite progressif à 64 ans. Jeudi 19 janvier, une mobilisation dans les rues contre cette réforme a été annoncée.

Une réforme des retraites jugée « injuste » par l’ensemble des syndicats. Mardi 10 janvier, la première ministre Élisabeth Borne a présenté les principaux éléments de ce projet de loi sur les retraites. Parmi les mesures controversées, celle du départ à la retraite progressivement décalé à 64 ans en 2030. Invitée sur France inter ce samedi, Élisabeth Borne a martelé sa volonté de convaincre les Français. Pour elle, cette réforme est un réel « progrès social » mais surtout est nécessaire pour « assurer l’avenir de notre système de retraites ». Âge de départ progressif, revalorisation des retraites, pénibilité, pendant près d’une heure, Élisabeth Borne a balayé tous les sujets controversés de cette réforme avec un mot d’ordre « justice sociale ».

Lire aussi - Réforme des retraites : voici le projet du gouvernement

Élisabeth Borne veut donc convaincre, car elle sait que le débat parlementaire va être houleux. Selon elle, chaque député de la Nupes veut déposer « chacun 1000 amendements ». Enfin, sur un possible accord avec Les Républicains, elle n’a pas souhaité s’étendre sur le sujet, mais a quand même esquissé des points d’accord avec le parti d’Éric Ciotti. « Je chercherai à rassembler pour pouvoir faire voter le texte », a-t-elle conclu.

« Assurer notre système de retraites »

Selon de nombreux sondages évoqués par France inter, près de 65 % des Français soutiennent le prochain mouvement de grève prévu le 19 janvier. Face à ce pourcentage élevé, Élisabeth Borne ne flanche ...

Lire la suite sur Le JDD

VIDÉO - Réforme des retraites : "Elles sont toujours impopulaires ces réformes-là, mais elles sont nécessaires", affirme Éric Woerth