Réforme des retraites: Muriel Pénicaud et Elisabeth Borne réfutent tout recours au 49-3

LExpress.fr
"C'est une idée venue de nulle part. Je pense qu'on peut dire que c'est une fausse information", a dit la ministre de la Transition écologique.

Les ministres Muriel Pénicaud, au Travail, et Elisabeth Borne, à la Transition écologique, ont toutes deux réfuté ce dimanche un recours à l'article 49-3 pour faire passer en force la réforme des retraites, alors que la contestation en est à son 39e jour. 

LIRE AUSSI >> Réforme des retraites : pourquoi l'âge pivot n'a pas (totalement) disparu du projet de loi 

"C'est une idée venue de nulle part. Je pense qu'on peut dire que c'est une fausse information", a affirmé Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique, également en charge des Transports, lors de l'émission BFM Politique en partenariat avec journal Le Parisien

"Il y a un calendrier qui a été présenté par le Premier ministre, un texte qui est présenté en conseil des ministres le 24 janvier, une discussion qui s'engage dans la foulée à l'Assemblée nationale, un projet de loi qui sera voté d'ici l'été, donc on a le temps, sur un sujet qui est si important il faut prendre le temps d'avoir un vrai débat", a ajouté la ministre. 

"Idée saugrenue"

De son côté, également interrogée sur un éventuel usage du 49-3, la ministre du Travail Muriel Pénicaud, invitée du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, a déclaré : "Je ne sais pas d'où vient cette idée saugrenue, je n'ai jamais entendu le Premier ministre en parler et je n'y crois pas une seconde". 

L'article 49.3 de la Constitution permet l'adoption sans vote d'une loi. Le projet est considéré comme adopté, sans être soumis au vote, sauf si une motion de censure est déposée dans les vingt-quatre heures qui suivent et si elle est votée selon des conditions très précises. 

LIRE AUSSI >> Réforme des retraites : Patrick Kanner dénonce "deux ans d'improvisation" 

Samedi, le retrait par le gouvernement de la mesure la plus contestée de la réforme des retraites, l'âge pivot de 64 ans, a ouvert la voie à la reprise des négociations avec les syndicats réformistes, mais les plus farouches opposants entendent poursuivre une grève qui dure depuis plus de cinq semaines. 

Depuis 39 jours, la grè...Lire la suite sur L'Express.fr

SNCF : le taux de grévistes tombe au plus bas à 4,3%, un quart des conducteurs mobilisés

Réforme des retraites : les syndicats plus que jamais divisés en deux blocs

RATP : trois agents grévistes convoqués pour "insultes homophobes"

Lyon : ils filment la manifestation, un projectile explose à leur fenêtre