Réforme des retraites : Macron et Philippe excédés par les propos de Delevoye sur la "clause du grand-père"

franceinfo

L'unité de l'exécutif se fissure sur la question de la réforme des retraites. Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont profité du Conseil des ministres organisé jeudi 7 novembre pour exprimer leur colère après une prise de position de Jean-Paul Delevoye jugée hasardeuse. Explications.

Dans une interview au Parisien, le Haut commissaire chargé du dossier des retraites avait fermé la porte à l'application de la "clause du grand-père". Cette clause, présentée par le quotidien francilien comme la "carte maîtresse" d'Emmanuel Macron en cas de conflit social majeur après les mobilisations du 5 décembre, consisterait à n'appliquer la réforme des retraites à venir qu'aux futurs entrants sur le marché du travail (et non à tous les salariés). Une manière de calmer la colère en repoussant l'échéance des dispositions les plus impopulaires de la réforme, comme le fait de ne pouvoir disposer d'une pension à taux plein qu'en partant à la retraite à 64 ans. "C'est impossible ! (…) Ça veut dire que l'on renonce à la réforme !" avait balayé Jean-Paul Delevoye dans son entretien au Parisien.

"Toutes les options restent sur la table"

A la sortie du Conseil des ministres organisé jeudi, où Jean-Paul Delevoye n'était pas présent, la porte-parole du gouvernement Sibeth N'Diaye a tenté d'éteindre l'incendie en précisant que le Haut commissaire (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi