Réforme des retraites: pour Laurent Berger, "l'équilibre financier n'est pas la priorité"

1 / 2

Augmenter la durée du travail par temps de crise, cela peut être "humainement impossible", alerte Laurent Berger

Le 11 janvier dernier, Edouard Philippe annonçait le retrait provisoire de l'âge pivot du projet de loi sur la réforme des retraites. Une satisfaction pour la CFDT, mais les points de désaccords avec le gouvernement restent nombreux. "Nous sommes soucieux de l'équilibre, mais ce n'est pas la priorité du moment" assure Laurent Berger dans le Journal du Dimanche. "Désormais nous nous battons pour que des éléments de justice soient intégrés à ce projet de loi". 

Si le secrétaire général de la CFDT salue des avancées dans les discussions, il estime que le projet actuel de réforme n'est pas juste. "Il faut sécuriser davantage les transitions, dans la fonction publique notamment pour les agents de catégorie C, et aller plus loin sur le minimum de pension. L'autre point fondamental, c'est de rentrer dans une logique de réparation pour ceux occupant un métier pénible: ils doivent pouvoir partir plus tôt en retraite. Nous demandons des négociations dans les branches professionnelles pour définir les métiers concernés. A défaut il faudra des dispositions supplétives. C'est une condition centrale pour la CFDT."

Laurent berger rejette l'idée d'un recours au 49-3

Interrogé sur un possible recours au 49-3, Laurent Berger est très clair: "Il ne faut surtout pas aller vers un 49-3! Ce serait une erreur. D'abord, parce que ce texte est largement perfectible et qu'il mérite un vrai débat parlementaire. Ensuite, parce que dans ce climat...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi