Sur la réforme des retraites, le gouvernement entretient la cacophonie

RETRAITES - La gestion tout comme la communication autour de la réforme des retraites mettent chaque jour un peu plus à mal le fameux “Je fais ce que je dis”, devise revendiquée par Emmanuel Macron. Confrontés à un mouvement de grève historique par sa durée, l’exécutif et la majorité présidentielle multiplient les déclarations contradictoires sur ce dossier épineux, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus.

Fin août sur France 2, Emmanuel Macron semblait dire non à l’instauration d’un âge pivot, c’est-à-dire d’un âge dit d’équilibre qui permet de liquider sa retraite assorti d’un bonus-malus, en affirmant sa préférence pour “un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l’âge”. Mais son Premier ministre annonçait finalement un choix inverse mi-décembre. “Je défends cet âge d’équilibre car je crois qu’il est juste”, expliquait alors Édouard Philippe. 

“Je ne fais pas de réforme des retraites pour conduire des économies”, promettait également le candidat Macron en février 2017. Pourtant, une fois élu, le chef de l’État a mis en avant les gains financiers que permettrait de réaliser la révision du mode de calcul des pensions alors que son ministre chargé des finances publiques, Bruno le Maire, a encore récemment réfuté le terme. “L’objectif n’est pas de faire des économies avec la réforme des retraites”, a-t-il assuré ce lundi 6 janvier sur France Inter, tandis qu’au même moment, le délégué général de parti présidentiel, Stanislas Guerini, déclarait exactement le contraire au micro d’Europe1. 

La théorie des dominos

“Il n’y aura plus de régimes spéciaux à proprement parler. Ce n’est pas possible dans un système universel par points”, avait aussi déclaré le chef de l’État à Rodez en octobre 2019, avant d’ajouter : “si je commence à dire, on garde un régime spécial pour l’un, ça va tomber comme des dominos”, citant notamment les policiers et les gendarmes.

Ces derniers conserveront tout de même leurs avantages spéciaux dans le futur régime des retraites, à commencer par un âge de départ anticipé. Des aménagements particuliers dont bénéficieront également d’autres professions tels que les gardiens de prison, les douaniers, les militaires, les pompiers, le personnel navigant aérien, etc. Comme dans un “jeu de dominos” contre lequel Emmanuel Macron a lui-même mis en garde.

À voir également sur Le HuffPostAu 36e jour de grève, la fatigue est là mais la mobilisation ne faiblit pas

LIRE AUSSI

La conférence de financement compromet-elle le "compromis rapide" voulu par Macron?

Retraites: nouvelles manifestations les 14, 15 et 16 janvier

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.