Réforme des retraites : le gouvernement choisit la discussion à la confrontation

© Xose Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Un temps évoqué, il n'est désormais plus question de passer en force la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron . Alors que les syndicats et les oppositions se montraient craintifs face à un passage en force, le gouvernement a décidé d'ouvrir un cycle de concertation, dans le but de présenter un texte d'ici à la fin de l'hiver.

>> Retrouvez Europe Midi en replay et en podcast ici

Projet de loi classique

Élisabeth Borne, la cheffe du gouvernement, souhaite engager les négociations dès la semaine prochaine . Des concertations donc, mais pas sur tous les sujet. L'exécutif devrait rester inflexible sur le cœur de la réforme, c'est-à-dire le recul progressif de l'âge légal de départ de 62 à 65 ans d'ici 2031. En revanche, sur la question de la méthode, Élisabeth Borne a choisi de temporiser en disant privilégier un projet de loi classique, mais ce dernier sera difficile à faire adopter avec une majorité relative.

C'est pourquoi la piste d'inclure la réforme dans un projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale reste sur la table. Cela permettrait ainsi au gouvernement d'utiliser l'article 49-3 de manière illimitée en cas de blocage au Parlement, si les concertations qui vont s'ouvrir se retrouvent rapidement dans l'impasse. Si cette situation se présente, un poids lourd de la macronie prévient qu'un amendement au budget de la Sécu pourra être déposé immédiatement pour une réforme express.

>> LIRE AUSSI - L'article 49-3 en cinq questions

V...


Lire la suite sur Europe1