Réforme des retraites : Ces francs-tireurs qui agacent dans la majorité

Jacques Witt/SIPA

SOLO - Plusieurs députés de la majorité ont annoncé leur opposition au projet de réforme des retraites « en l’état ». Leurs collègues minimisent, mais dénoncent un manque de solidarité.

Il y en a eu un, puis deux, puis trois… En fait, à cette heure, cinq députés de la majorité ont publiquement indiqué qu’en l’état, ils ne pouvaient pas voter le projet de réforme des retraites. Ce sont d’abord des députés de l’aile gauche : Patrick Vignal, venu du PS, bien connu pour sa liberté de ton ; Barbara Pompili, ministre il y a encore un an, élue avec l’étiquette EELV en 2012, qui amène avec elle les trois voix de son micro parti En Commun, associé à la majorité. Plus surprenant, Yannick Favennec, député Horizon de la Mayenne, dont le chef, Edouard Philippe, projette une retraite à 67 ans, a aussi dit son opposition à ce stade.

Ce n’est pas vraiment sur cette réforme qu’on imaginait la majorité avoir quelques difficultés. De prime abord, quand on les interroge sur le sujet, c’est « circulez, y’a rien à voir ». « Non, il n’y a pas de mauvaise ambiance, assure Pieyre-Alexandre Anglade, député Renaissance (RE) des Français de l’étranger. Les uns et les autres ont conscience de l’importance de la réforme des retraites. Elle doit être adoptée le plus largement possible ». « A chaque proposition, de grâce, n’y voyez pas une remise en cause du texte », corrige, tout en euphémisme, Gilles Le Gendre, député(...) Lire la suite sur 20minutes

VIDÉO - Lycéens, actifs, futurs retraités... Ces manifestants expliquent pourquoi ils rejettent la réforme des retraites



À lire aussi :
Réforme des retraites : Des députés Modem proposent la semaine de 35,5 heures
Réforme des retraites : Le gouvernement ouvre la porte à des mesures plus « coercitives » pour l’emploi des seniors
Réforme des retraites : Un homme émasculé après un coup de matraque d’un policier lors d’une manifestation