Réforme des retraites en France: le casse-tête du financement

Après cinq semaines de mobilisation, le gouvernement français a fait un pas vers un compromis. Le premier ministre, Édouard Philippe, s'est dit « disposé à retirer provisoirement » de la réforme l'âge pivot à 64 ans. Il se montre toutefois très ferme ; Les syndicats et le patronat devront trouver un accord d'ici fin avril 2020 sur l'équilibre financier du système lors de la conférence sur le financement des retraites. Une tâche difficile pour les partenaires sociaux.

Les partenaires sociaux devront trouver des solutions pour atteindre l’équilibre financier du régime français des retraites en 2027. Mais la marge de manœuvre sera limitée ; le Premier ministre a mis des conditions. Il exclut la hausse de cotisation sociale comme solution de financement afin de ne pas augmenter le coût du travail.

Recours au fond de réserve pour les retraites ?

Cette condition satisfait le patronat mais deplaît aux syndicats. Édouard Philippe refuse également la baisse des pensions. Il reste comme solution le recours au fonds de réserve pour les retraites. Doté de 37 milliard d’euros, ce fond est prévu pour répondre aux évolutions démographiques. Il n’a pas non plus la capacité à assurer l’équilibre du système à long terme. Il ne peut payer qu’un mois de pension ; la France dépense 320 milliard d'euros chaque année pour les retraites.

L’autre solution serait un allongement de la durée de cotisation. Cela ne peut pas plaire aux syndicats. L’exercice de la conférence sur le financement des retraites semble donc très difficile. Et si les partenaires sociaux ne tombent pas d’accord, l'exécutif reprend la main. En clair, le gouvernement pourrait introduire à nouveau l’âge pivot, car le Premier ministre l’a confirmé : le futur système universel comporte un âge d'équilibre.

« Injouable dans le temps »

Sur France 3, le président du groupe PS au Sénat Patrick Kanner a dénoncé le « caractère organisé, voire cynique » de cette méthode : « Dans le texte même, le Premier ministre dit "Je suis disposé à retirer l'âge pivot, mais vous avez jusqu'au 30 avril pour trouver une solution". Moralité : on se moque du monde. C'est injouable dans le temps, c'est préparer avec l'aide objective du Medef le retour de l'âge pivot », s'est encore insurgé M. Kanner. Par contre, pour Élisabeth Borne, « Il n'y a plus aucune raison que ce mouvement de grève se poursuive. Dès le mois de décembre, on avait donné (aux agents de la SNCF et de la RATP, NDLR) des garanties fortes sur la transition entre régime spécial et le futur système universel. Aujourd'hui, un compromis a été trouvé avec les organisations syndicales qui sont dans le dialogue, et tout le monde aspire à retrouver une vie plus facile », a ainsi estimé la ministre de la Transition écologique, en charge des Transports lors de l'émission BFM Politique en partenariat avec le journal Le Parisien.

Retraites: le gouvernement retire provisoirement l'âge pivot du projet de loi