La réforme des retraites "entrera en vigueur", assure Aurore Bergé

La réforme des retraites "sera adoptée et entrera en vigueur", a affirmé dimanche Aurore Bergé, présidente des députés Renaissance, estimant que "le droit de grève n'est pas un droit de blocage".

"Il faut reconnaitre que la réforme des retraites va demander des efforts à des millions de Français", a reconnu la députée dans le Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, "l'idée n'est pas de montrer les muscles".

Interrogée sur la mobilisation contre le texte, avec une première journée de grève et de manifestations prévue le 19 janvier, elle a toutefois assuré que la réforme "sera adoptée et entrera en vigueur".

Elle a promis que "les Français n'auront pas la double peine" d'avoir "la pénalisation de grèves qui peuvent profondément bousculer leur vie quotidienne", et "de l'autre côté, d'avoir des parlementaires qui n'auront pas le courage d'assumer cette réforme. Nous aurons le courage de l'assumer et d'aller au bout".

La députée a affirmé ne pas vouloir "empêcher le droit de grève". "Par contre on a un service minimum qui existe dans les transports et qui doit être exercé à la RATP et à la SNCF, et on a un service minimum d'accueil à l'école et je demande aux collectivités d'être particulièrement mobilisées".

"Ce droit de grève n'est pas un droit de blocage", ni "un droit d'entraver les Français qui veulent aller travailler", a-t-elle répété. "Si on doit aller plus loin" pour modifier la loi sur le service minimum, "nous serons prêts à le faire", a-t-elle mis en garde.

Elle espère "un débat sain et serein" à l'Assemblée et au Sénat, soulignant que le Palais Bourbon "est un lieu qui se respecte, ça n'est pas une ZAD, c'est un lieu qui respecte les lois de la République".

La secrétaire nationale d'EELV, Marine Tondelier, a appelé mardi à transformer l'Assemblée nationale en une "zone à défendre" pour s'opposer à la réforme des retraites, "dans le respect du règlement intérieur".

caz/sde/abl