Réforme des retraites : entre négociations et manifestations, la semaine s'annonce décisive

Face à un conflit qui menace de s'enliser et de plomber la seconde moitié du quinquennat, Emmanuel Macron reprend la main. Lors de ses vœux du 31 décembre, il a pressé Edouard Philippe de trouver "la voie d'un compromis rapide". Pas question de renoncer à une réforme des retraites perçue comme un marqueur du macronisme. Mais des aménagements restent possibles, notamment pour récupérer le soutien des syndicats réformistes, CFDT, Unsa et CFTC. Le chef de l'Etat a donc rencontré le Premier ministre vendredi après-midi pour "définir ensemble les orientations méthodologiques et politiques de la discussion qui va reprendre avec les partenaires sociaux", selon l'Elysée.

Lire aussi - SONDAGE. Réforme des retraites : le soutien aux grévistes recule de 6 points

Réunion dans la "salle des accords"

Signe d'une accélération du tempo, Edouard Philippe avait reçu le matin même, au pied levé, les ministres Elisabeth Borne (Transition écologique), Agnès Buzyn (Santé), Muriel Pénicaud (Travail), Jean-Baptiste Djebbari (Transports) et Laurent Pietraszewski (Retraites) pour faire le point sur la situation dans les transports publics et étudier les portes de sortie à l'un des conflits les plus longs de la Ve République. Mardi, le Premier ministre introduira la réunion avec les organisations syndicales, qui se tiendra au ministère du Travail, dans cette "salle des accords" où une issue à la révolte de Mai 68 avait été trouvée…

"

La perspective de respecter un équilibre budgétaire ne nous gêne pas, m...


Lire la suite sur LeJDD