Réforme des retraites : les contrôleurs aériens devraient conserver leurs avantages

Les contrôleurs aériens devraient être épargnés par la réforme des retraites. En effet, alors que la grève se poursuit à la SNCF et la RATP ce mardi 24 décembre, 20e jour de mobilisation, les contrôleurs aériens devraient eux continuer à bénéficier de leurs avantages. Selon Les Échos, s'ils sont théoriquement concernés par la future réforme des retraites comme l'ensemble de la fonction publique, les contrôleurs aériens bénéficieront toujours de spécificités propres. C'est notamment le cas de l'âge légal d'ouverture des droits à la retraite qui devrait être maintenu à 52 ans. Pas le choix pour le gouvernement puisque la législation européenne impose aux aiguilleurs du ciel la détention d'une licence basée sur des critères médicaux qu'il est difficile de remplir après cet âge.

Autre avantage qu'ils devraient conserver, l'âge pivot fixé autour de 56 ans, alors que le gouvernement souhaite qu'il soit établi à 64 ans dans le futur système de retraites à points. "Les négociations sont en cours, ce n'est pas encore fixé, mais il devrait a priori être d'un peu plus de 56 ans pour les fonctionnaires ayant des missions régaliennes", détaille auprès des Échos Guillaume Sintes, secrétaire national du SNCTA, le principal syndicat de la profession. Un âge pivot dérogatoire pour les contrôleurs aériens qui sera qui plus est portable, c'est-à-dire acquis au bout d'un certain nombre d'années de travail et applicable même en cas de départ de la fonction publique.

La bonification du 1/5e remplacée

Exception toutefois pour la bonification du 1/5e qui sera elle remplacée pour les contrôleurs aériens, car elle serait incompatible avec le nouveau système à points. Tout comme les policiers nationaux ou des militaires, les contrôleurs aériens verront donc leur bonification du 1/5e supprimée. Pour rappel, cette disposition légale donne droit à une annuité "gratuite" toutes les cinq années de service. Elle sera remplacée par une surcotisation de leur employeur, la Direction générale de l'aviation

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Sept nuits pour 5.000 dollars : le Ritz-Carlton dévoile le programme de ses croisières de rêve
Linky : un agent Enedis a-t-il forcé la porte d'un immeuble pour installer des compteurs ?
Boeing 737 MAX : le Congrès reçoit des documents préoccupants sur la sécurité des avions
À peine nommé, l'un des dirigeants de Nissan démissionne
Les Français soutiennent de moins en moins les grévistes, pourquoi l'enseigne de chocolats Léonidas exaspère ses franchisés... Le flash éco du jour