Réforme des retraites : "des avancées" pour la CFDT, une volonté "d'équilibre" pour le Medef, "de l'enfumage" pour la CGT

franceinfo
L'instauration d'un âge de départ à taux plein à 64 ans est unaniment dénoncé par les organisations syndicales de salariés, le Medef s'inquiète que les régimes qui ont été "fourmis" financent ceux qui l'ont moins été.

Le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye a remis jeudi 18 juillet ses préconisations pour la réforme du système des retraites. Il a proposé notamment que le futur "système universel" comprenne un "âge d'équilibre" assorti d'un système de décote/surcote, de 64 ans pour la génération née en 1963, un minimum de retraites égale à 85% du Smic net, que les pensions de réversion au conjoint survivant s'élèvent à 70% du total des retraites perçues par le couple ou encore une majoration des droits dès le premier enfant de 5%.

Ces annonces ont été accueillies diversement par les organisations syndicales.

La CFDT salue "un certain nombre d'avancées"

"Ce sera un système plus redistributif, qui privilégiera d'abord ceux qui ont des carrières hachées, les femmes, ceux qui galèrent à rentrer sur le marché du travail", s'est réjoui sur franceinfo Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. "Le rapport de Jean-Paul Delevoye prouve que la mise en place d'un système universel des retraites est possible. La CFDT pousse ce type de réforme depuis de nombreuses années", rappelle Laurent Berger.

"Dès la première heure travaillée, vous allez pouvoir vous créer du droit, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui : il faut un certain nombre (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi