Réforme des retraites : cette archive de François Mitterand régale les socialistes

Un extrait d’un discours de François Mitterand datant de 1986 sur la retraite à 60 ans a mis de nombreux élus de la gauche d’accord, avant une semaine décisive pour la réforme des retraites du gouvernement d’Emmanuel Macron.
Montage Le HuffPost Un extrait d’un discours de François Mitterand datant de 1986 sur la retraite à 60 ans a mis de nombreux élus de la gauche d’accord, avant une semaine décisive pour la réforme des retraites du gouvernement d’Emmanuel Macron.

POLITIQUE - 27 ans après la disparition du quatrième président de la Ve République, ses mots résonnent encore. Ce dimanche 8 janvier, date de l’anniversaire de la mort de François Mitterand, la Fondation Jean-Jaurès a dévoilé sur ses réseaux sociaux des « extraits inédits » d’un meeting tenu par l’ancien chef de l’État français en 1986.

« ’Justice pour les travailleurs !’. À l’occasion des 27 ans de la disparition de François Mitterrand le 8 janvier 1996, découvrez des extraits inédits de son meeting à Lille pour les législatives de 1986, notamment sur la retraite à 60 ans votée après 1981 », écrit la fondation politique pour rendre hommage à l’ancien membre historique du Parti socialiste.

Un extrait de circonstance, à quelques heures de la présentation de réforme des retraites de l’actuel gouvernement, mardi 10 janvier. Une réforme qui comprend notamment -et sauf surprise- le report de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans.

Face à cette archive, de nombreux élus socialistes ont salué la publication de cet extrait où François Mitterand défendait la retraite à 60 ans, soulignant notamment la « pénibilité des travailleurs manuels » pour qu’ils puissent « enfin vivre ! ». D’ailleurs, dans cette archive, l’ancien président de la République évoquait aussi « un libre choix », permettant à « quiconque de continuer jusqu’à 65 ans » s’il le pouvait (et le voulait).

« Justice pour les travailleurs »

Sur les réseaux sociaux, les paroles de François Mitterand ont fait écho chez de nombreux élus du PS qui y ont trouvé la parfaite occasion de tacler le projet gouvernemental. Le Premier secrétaire du PS, Olivier Faure s’est délecté de ce discours « rappelant que ceux qui veulent et peuvent travailler plus longtemps en conservent la faculté. Mais que pour les autres, ceux que le travail a usés prématurément, ce droit à la retraite est une justice ».

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une « justice pour les travailleurs » également mise en avant par la numéro 2 du PS, Corinne Narassiguin sur ses réseaux sociaux. « Une simple question de justice », a-t-elle défendu, sans oublier de glisser un tacle au gouvernement actuel : « Terrible qu’il faille encore aujourd’hui, en 2023, le rappeler au Président Macron et son gouvernement ».

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Yan Chantrel, sénateur PS représentant les Français établis hors de France a également partagé cet extrait vidéo de la Fondation Jean-Jaurès, en soulignant une fois de plus que la retraite à 60 ans « c’est la justice pour les travailleurs ! ».

A LFI, les députés Antoine Léaument et Bastien Lachaud ont également salué ces paroles de plus de 30 ans d’âge.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L’hommage de Clément Beaune ne passe pas

Un hommage aux paroles de l’ex-président n’a cependant pas été du goût de la gauche :celui du ministre délégué chargé des Transports, Clément Beaune.

Bien que membre du Parti socialiste dans ses jeunes années, l’actuel membre du gouvernement n’a pas été très bien accueilli avec son tweet. « Il y a 27 ans, il y a une génération, le Président Mitterrand nous quittait. Sa présence et son inspiration demeurent, pour la France et l’Europe, pour tous ceux dont il a changé la vie », a écrit le ministre avant d’être repris de volé par plusieurs membres de la gauche.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« La génération Mitterrand c’est celle qui a passé l’âge légal de la retraite de 65 à 60 ans. Elle a changé la vie de millions de femmes et d’hommes ! Vous, vous apprêtez à faire le chemin inverse pour ceux qui ont pourtant l’espérance de vie la plus courte… », a notamment répondu Olivier Faure, intransigeant avec le ministre.

Même chose pour Flavien Cartier, conseiller municipal socialiste dans la Vienne. « Merci d’arrêter de salir la mémoire du Président Mitterrand. Il était un président de gauche, avec des réformes de gauche. Vous vous êtes la droite avec des réformes de droite et que de droite ! », a-t-il lancé à Clément Beaune.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Plus mesuré, Manuel Bompard, député de La France insoumise et coordinateur du mouvement s’est permis de rappeler que « célébrer c’est sympathique. Mais ne pas détruire ce qu’il a fait de bien, c’est mieux ! ». Un message plus que limpide venu de la gauche avant un début d’année chargé sur la question des retraites. Emmanuel Macron ayant fait la promesse, lors de ses vœux 2023, que cette année serait celle de la réforme des retraites.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi