Réforme des retraites : les 3 options du gouvernement autour de l'âge d’équilibre

C'est la rentrée pour le gouvernement et les partenaires sociaux : les concertations sur la réforme des retraites reprennent mardi, deux semaines après un précédent tour de table qui n'avait pas abouti. Edouard Philippe reste en première ligne, mais cette séance de discussions se tiendra cette fois au ministère du Travail, pour parler en particulier pénibilité et emploi des seniors. Pour sortir de la grève qui est entrée dans son deuxième mois, il faudra toutefois aborder le point le plus dur de la contestation : l'instauration d'un âge d'équilibre à 64 ans, en-dessous duquel il ne sera pas possible de bénéficier d'une retraite à taux plein.

Lire aussi - Retraites : des députés LREM proposent à Edouard Philippe leurs idées pour une "réforme acceptable"

Le Premier ministre a promis pour la "mi-janvier" des réponses pour "atteindre un accord" sur le sujet. Pour résumer, trois scénarios attendent l'exécutif.

1 - Le gouvernement échoue à s'entendre avec les syndicats et impose son calendrier

C'est le scénario du blocage. Malgré sa main tendue, l'exécutif n'arrive pas à s'entendre avec les syndicats qui, comme la CFDT ou l'Unsa, ne rejettent pas le principe de la réforme mais les mesures d'équilibre financier, et en premier lieu l'instauration de cet âge pivot de 64 ans. Sans accord, le gouvernement mettra alors en place son propre calendrier, qu'Edouard Philippe a promis toutefois "d'améliorer". Pour l'heure, celui-ci prévoit l'instauration progressive de cet âge d'équilibre à com...


Lire la suite sur LeJDD