Réforme des retraites 2023 : Une première journée de grève prévue le 19 janvier

Les syndicats ont arrêté la date de la première journée de mobilisation prévue contre la réforme des retraites (Photo d’illustration : le patron de la CGT Philippe Martinez ce 10 janvier à Paris).
JULIEN DE ROSA / AFP Les syndicats ont arrêté la date de la première journée de mobilisation prévue contre la réforme des retraites (Photo d’illustration : le patron de la CGT Philippe Martinez ce 10 janvier à Paris).

Les huit principaux syndicats ont arrêté la date de la première mobilisation contre le projet du gouvernement de reculer l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans.

RETRAITES - Le rendez-vous est pris. Les huit principaux syndicats français ont annoncé ce mardi 10 janvier la date de la première journée de grève et de manifestation prévue contre la réforme des retraites, dans la foulée de la présentation du projet du gouvernement par la Première ministre Élisabeth Borne : ce sera le 19 janvier.

Cette première journée de mobilisation, pour protester contre le projet du gouvernement de reculer l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans, doit « donne(r) le départ d’une puissante mobilisation sur les retraites dans la durée », affirment dans un communiqué commun ces huit syndicats (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, Unsa, Solidaires, FSU), dont les secrétaires généraux et présidents se sont réunis à la Bourse du travail mardi soir. Dans la foulée, l’ensemble des partis de gauche ont appelé à rejoindre la mobilisation syndicale.

Une réforme « brutale »

La première ministre Élisabeth Borne a annoncé mardi le report de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans à l’horizon 2030, pour « garantir l’équilibre du système en 2030 », avec une accélération de l’augmentation de la durée de cotisation.

Les syndicats avaient prévenu de longue date qu’ils s’opposeraient à tout recul de l’âge de départ, à 64 ou 65 ans.

« Cette réforme va frapper de plein fouet l’ensemble des travailleurs et travailleuses, et plus particulièrement celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt, les plus précaires, dont l’espérance de vie est inférieure au reste de la population, et celles et ceux dont la pénibilité des métiers n’est pas reconnue », ont-ils à nouveau dénoncé dans leur communiqué mardi.

« Le système de retraites par répartition n’est pas en danger, rien ne justifie une réforme aussi brutale », écrivent-ils. « Nous sommes déterminés à ce que cette réforme ne passe pas » et « on souhaite qu’il y ait le maximum de salariés en grève » le 19 janvier, a abondé le patron de la CGT, Philippe Martinez.

VIDÉO- Élisabeth Borne: "Quand on nous dit que chaque député de la Nupes va déposer 1000 amendements par principe, je ne pense pas que ce soit une volonté d'éclairer les débats"