Réforme des retraites 2023 : Le gouvernement n’a que le mot « justice » à la bouche

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLITIQUE - « Un projet de justice et de progrès social. » En présentant les grandes lignes de la réforme des retraites mardi, la Première ministre Élisabeth Borne a aussi résumé la stratégie de la majorité pour défendre un projet contesté par les syndicats, la gauche et le RN.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, la Macronie prend directement le contre-pied des arguments des contestataires pour défendre une réforme qui « garantit l’équilibre » budgétaire à la fin de la décennie, tout en finançant « des mesures de justice », comme l’a assuré Élisabeth Borne.

La Première ministre a défendu des « avancées » sur l’emploi des seniors, les « carrières longues » et la prise en compte de la pénibilité. Mais surtout une revalorisation des petites pensions, bientôt portées à 1 200 euros brut par mois pour une carrière complète.

« Une réforme parfaitement juste »

« Il n’y a ni brutalité, ni déséquilibre dans ce que nous proposons, il y a la justice d’un système par solidarité qui est préservé », a redit le ministre de l’Économie Bruno Le Maire sur France 2, mercredi matin. « Est-ce que c’est injuste ou pas ? […] Il y a des faits, on regarde. C’est une réforme parfaitement juste », a quant à lui affirmé le député Renaissance Éric Woerth.

L’exact inverse de ce que les opposants reprochent à la réforme. Dans cette opposition, la bataille est lancée. Les syndicats se préparent à mobiliser dès le 19 janvier, dans un front uni contre une réforme des retraites jugée « injuste et inutile », invitant à participer « massivement » à la journée de grèves prévue ce jour-là.

À voir également sur le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi