Réforme des retraites : Édouard Philippe précise le calendrier

LExpress.fr
Le futur projet fera l'objet de "consultations citoyennes" entre septembre et décembre. Il devrait être voté "d'ici la fin de la session parlementaire" 2020.

Le futur projet fera l'objet de "consultations citoyennes" entre septembre et décembre. Il devrait être voté "d'ici la fin de la session parlementaire" 2020.

La réforme des retraites se précise. Le futur projet de loi sera voté "d'ici la fin de la session parlementaire de l'été prochain", a annoncé jeudi le Premier ministre, Édouard Philippe.

"Nous sommes décidés à prendre tout le temps nécessaire", a-t-il déclaré devant le Conseil économique social et environnemental (Cese), précisant que ce délai servira à "définir le système cible et les générations concernées" par le "système universel" par points voulu par Emmanuel Macron.

"La mise en place du système universel ne concerne ni les retraités actuels ni les actifs proches de la retraite. (...) Les droits qui ont été acquis seront conservés à 100%. (...) Le nouveau système ne s'appliquerait entièrement qu'à partir de 2040", a déjà prévenu le Premier ministre. Le rapport Delevoye avait déjà indiqué que la réforme ne concernerait que les personnes nées après 1963.

Trois mois de "consultations citoyennes"

Le futur projet de loi fera également l'objet de "consultations citoyennes" qui seront lancées "avant la fin du mois de septembre" et "se termineront à la fin de l'année", a annoncé le Premier ministre. Celles-ci se dérouleront notamment par l'intermédiaire d'une "plateforme numérique" et de "réunions publiques autour d'élus locaux ou d'associations".

En parallèle, des concertations avec les partenaires sociaux "vont commencer dès la semaine prochaine" et "dureront jusqu'au début du mois de décembre", a-t-il ajouté devant le Cese. Édouard Philippe a indiqué avoir demandé au Haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, d'organiser, d'ici au 15 octobre et avec les ministres concernés, "des rencontres avec les représentants des régimes impactés, pour dresser un état des lieux précis et chiffré, et se fixer un calendrier de travail".

Désireux de ne pas brusquer les Français et de provoquer une nouvelle étincelle, après avoir difficilement calmé la crise des gilets jaunes, Édou...

Lire la suite sur L'Express.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

Réforme des retraites : pourquoi la grève à la RATP s'annonce très suivie

Au gouvernement, Jean-Paul Delevoye cumule salaire et pensions de retraite

Réforme des retraites : à Matignon, deux jours de concertation sans union