Réforme de la police judiciaire : pourquoi les enquêteurs s’y opposent

© Ugo Amez/Sipa

Jean-Michel Schlosser, docteur en sociologie et chercheur associé au CEREP et au CESDIP à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Université Paris-Saclay, revient dans cet article sur les craintes autour du projet de réforme de la police judiciaire  : La police judiciaire, habituellement silencieuse sauf à l’occasion de la réussite de grandes affaires, fait depuis quelque temps la une des médias et expose au grand public son mécontentement. En cause, un changement de statut qui, selon les enquêteurs mobilisés, risque de sacrifier leur spécificité et leur indépendance sur l’autel des réformes sécuritaires en cours.

Le public novice en matière de complexité policière a du mal à s’y retrouver, tant les débats sur les violences à l’occasion des manifestations ont mis au premier plan les problèmes d’ordre public comme si ils étaient les seuls à rendre compte d’un problème policier.

Il est vrai que la difficulté d’accès à l’institution ne rend pas la chose aisée, et a fortiori dans des secteurs où la transparence ne fait pas forcément bon ménage avec l’efficacité et la nécessité de la discrétion.

Des images rares

Les images abondamment relayées d’enquêteurs de la Police judiciaire dressant un mur de silence face à Frédéric Veaux, le Directeur général de la Police nationale (DGPN), lors de sa visite à Marseille ont encore amplifié la grogne plus que naissante dans le milieu policier et mis en lumière le mécontentement affiché par ces « péjistes » face au projet de ré...


Lire la suite sur LeJDD