Réforme de l'assurance chômage : acculé, le gouvernement doit revoir sa copie

·1 min de lecture

Invitée ce jeudi 15 avril sur CNews, la ministre du Travail Elisabeth Borne a reconnu qu'en l’état, le décret d'application de la réforme de l'assurance chômage pénalise " involontairement " les salariés qui auront été placés en activité partielle, en congé maladie ou en congé maternité avant de pointer à Pôle emploi. Les syndicats espèrent donc obtenir l'invalidation de la réforme.

S’il souhaitait faire monter d’un cran l’angoisse qui étreint les précaires et la détresse des salariés placés en chômage partiel qui redoutent un licenciement, le gouvernement ne s’y prendrait pas autrement ! Jeudi 15 avril sur CNews, la ministre du Travail Elisabeth Borne a reconnu que le décret réformant la convention d’assurance chômage, publié par ses services le 30 mars dernier pour application au 1er juillet, conduirait à indemniser moins bien les chômeurs qui pointeront à Pôle emploi après avoir été basculés en activité partielle par leur précédent employeur, ou avoir pris un congé maladie, ou un congé maternité.Ce décret réforme en effet le mode de calcul de leur salaire journalier de référence (SJR)- base de leur allocation-, sans neutraliser complètement ces périodes d'inactivité professionnelle particulière. Un comble pour une réforme qui veut par ailleurs réduire drastiquement - de 17% en moyenne - les allocations d'1,15 million de demandeurs d'emploi. Ces derniers sont avant tout des précaires, qui alternent jours travaillés et période d’inactivité, et ce dès sa première...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

400 postes en R&D menacés chez Sanofi : la nouvelle étape d'un long dégraissage

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?