Réforme de l’apprentissage : le Sénat redonne des prérogatives aux régions

Réforme de l'apprentissage : Alain Milon défend le travail de sa commission, menacé par un amendement de ses collègues LR

Vu du Sénat, la réforme de la gouvernance et du financement de l’apprentissage constitue l’un des aspects les plus sensibles du projet de loi sur l’avenir professionnel, porté par Muriel Pénicaud. Débattu cette semaine en séance, le texte initial de la ministre du Travail prévoit de donner plus de responsabilités aux branches professionnelles dans la gestion des centres de formation d'apprentis (CFA), au détriment des régions, qui perdraient ces compétences.

Le « pari » du gouvernement : faire correspondre davantage l’offre de formations aux besoins des entreprises et ainsi faire décoller le nombre d’apprentis en France en stagnation depuis 10 ans. Actuellement, l’apprentissage ne concerne que 7% des 16-25 ans en France, soit moitié moins qu’en Allemagne par exemple.

Un « co-pilotage » de l’apprentissage entre les régions et les branches professionnelles

Attachés à la défense des collectivités locales, les sénateurs ont adopté en séance la version amendée par leur commission des Affaire sociales, qui a redonné un certain nombre de prérogatives aux régions. Dans l’esprit de la Haute assemblée, celles-ci doivent les « copilotes » de l’apprentissage aux côtés des branches.

Selon cet article 15 remanié, les régions devront élaborer une stratégie pluriannuelle des formations en alternance, stratégie qui devra être prise en compte par les branches professionnelles. Autre évolution apportée par les sénateurs : les régions pourront conclure des conventions d’objectifs et de moyens avec les CFA, qu’elles soutiendront au nom de la logique d’aménagement du territoire.

« Les CFA seront en grande difficulté », craignent les sénateurs (...) Lire la suite sur Public Sénat

Les sénateurs adoptent l’assouplissement des règles de l’apprentissage

Le gouvernement fait adopter par les députés l’augmentation de 40% des maires des grandes villes

Politique de la ville : « Des postes en augmentation » selon Denormandie

Loi Elan : « Je suis profondément attaché à la loi SRU » déclare Denormandie

Pour Benoît Thieulin, « les enfants n’ont pas forcement la distance critique vis-à-vis de ces écrans ».