VIDEO. Réforme des retraites : "Je demande qu'Emmanuel Macron retire cette réforme", déclare Guillaume Peltier (LR)

Vendredi 3 janvier, le général iranien Qassem Soleimani a été tué par un tir de drone américain sur ordre de Donald Trump. L'Iran dénonce un acte de guerre alors qu'Emmanuel Macron a appelé à éviter "une escalade dangereuse". Sur ce point, Guillaume Peltier est d'accord avec le président de République. "Il a raison. La guerre est imminente et je demande au président de la République de prendre une initiative forte, en lien par exemple avec les États-Unis et la Chine. Il faut qu'il s'inspire de ce que Jacques Chirac et Dominique de Villepin avaient fait en 2003 en incarnant à travers notre nation une puissance de poids et d'équilibre parce que la diplomatie doit toujours l'emporter sur la guerre", précise le vice-président des Républicains. "Emmanuel Macron est un président qui fracture" L'actualité de la semaine a également été marquée par la fuite de Carlos Ghosn vers le Liban. La France étant actionnaire de Renault-Nissan, doit-elle demander des explications sur cette évasion ? "Il faut d'abord dire aux Français que Carlos Ghosn est un justiciable comme les autres. Il ne doit pas avoir plus de droits que les autres, mais pas moins", explique Guillaume Peltier. Il accuse ensuite la justice nippone qui "n'a pas été à la hauteur" . Assigné à résidence au Japon, l'ancien dirigeant de Renault aurait "subi un traitement qui n'a pas été digne d'une justice juste". Le député du Loir-et-Cher ajoute que "la France devrait juger Carlos Ghosn car il a probablement des comptes à rendre à l'égard du peuple français, compte tenu des malversations qui sont évoquées". Il suggère donc que la France demande au Liban d'extrader l'ex-PDG de Renault. A l'évocation de la réforme des retraites, Guillaume Peltier tacle le président de la République, "Emmanuel Macron n'est pas un président qui réforme. C'est un président qui fracture, qui divise la société française. Les paroles sont parfois justes mais ne sont jamais suivies d'effets. Donc les Français ne croient plus en la parole présidentielle", déclare le député de Loir-et-Cher. Il demande ainsi qu'Emmanuel Macron retire cette réforme des retraites. "Il faut une réforme des retraites. Nous sommes comme les Français : nous ne croyons pas au président de la République, mais nous sommes opposés au blocage et au statu quo", ajoute-t-il.