Réforme de la CAF : un nouveau dispositif pour limiter les impayés

C’est une réforme ardemment désirée par Emmanuel Macron, qui touche les pensions alimentaires. Depuis le 1er janvier, les parents bénéficient d’un nouveau service. Désormais, la CAF peut devenir un intermédiaire entre les parents, pour gérer les versements de pensions. Le but de cette mesure est de limiter les retards et les impayés. 350 000 familles sont concernées chaque année. Emeline Fele en fait partie. Sa vie est devenue un cauchemar depuis son divorce. Son ex-compagnon doit lui verser une pension pour ses trois enfants mais les impayés s’enchaînent, la mettant dans un grand embarras. La CAF prend le relai L’intéressée peut ainsi bénéficier du nouveau dispositif. Autrement dit, la CAF pallie la défaillance de l’autre parent et continue de lui verser la pension en question, et ce à hauteur de 116 euros maximum par enfant. Ce système existait déjà plus ou moins mais maintenant il présente un gros avantage : il sera pérenne dans le temps. "Ça permet pour les parents de lever tout stress", estime Élisabeth Malis, directrice de la Caisse d’allocations familiales de Tours (Indre-et-Loire).