Qui est Massoud Pezeshkian, le nouveau président iranien surnommé « le docteur » ?

Et si l'espoir venait d'Iran ? À la surprise générale, c'est le réformateur Massoud Pezeshkian qui a remporté samedi la présidentielle en Iran, face à l'ultraconservateur Saïd Jalili. Organisée à la hâte après le décès en mai du président ultraconservateur Ebrahim Raïssi dans un accident d'hélicoptère, la présidentielle s'est tenue dans un contexte de mécontentement populaire face à l'état de l'économie du pays pétrolier frappée par des sanctions internationales et la violente répression de la jeunesse aspirante à plus de liberté.

À l’issue du second tour du scrutin vendredi, M. Pezeshkian a recueilli 53,6% des voix contre 44,3% à son adversaire, selon les résultats définitifs communiqués par les autorités électorales. Après un premier tour le 28 juin marqué par une forte abstention, la participation s'est établie à 49,8%. « Le chemin devant nous est difficile. Il ne sera facile qu'avec votre collaboration, empathie et confiance. Je vous tends la main », a dit M. Pezeshkian, 69 ans, sur X après sa victoire.

À lire aussi Mohammad Rasoulof : « Mes films sont des boomerangs qui retournent en Iran par des moyens détournés »

« La voix des sans voix »

Surnommé « le docteur » - il est chirurgien cardiaque -, Massoud Pezeshkian, âgé de 71 ans et originaire de Tabriz, grande ville du nord-ouest de l'Iran, n'était pas le favori de l'élection lorsque sa candidature a été acceptée par le Conseil des gardiens avec cinq autres candidats, tous conservateurs. Soutenu par d'anci...


Lire la suite sur ParisMatch