Référendums d'annexion en Ukraine: la commission électorale russe annonce le "oui" en tête

Les bulletins de vote distribués pour le référendum d'annexion dans la région de Donetsk, en Ukraine. - Ria Novosti
Les bulletins de vote distribués pour le référendum d'annexion dans la région de Donetsk, en Ukraine. - Ria Novosti

La commission électorale russe a indiqué ce mardi que le "oui" était arrivé en tête dans le cadre des référendums d'annexion organisés dans quatre territoires ukrainiens.

Ce mardi constituait le dernier jour où les habitants des régions de Lougansk, Donetsk, Kherson et Zaporijjia pouvaient s'exprimer sur leur volonté de rejoindre la Fédération de Russie. Des démarches qui ont été qualifiées de "simulacres" par l'Occident.

Près de 30% des bulletins dépouillés

La commission a affirmé que le "oui" emportait entre 97 et 98% des suffrages après dépouillement de 20 à 27% des votes dans les bureaux de vote en Russie, alors que le comptage commençait dans les régions ukrainiennes sous contrôle de Moscou, ont rapporté les agences Ria Novosti, TASS et Interfax.

Des centaines de milliers d'Ukrainiens sont venus en Russie pour échapper aux combats en Ukraine, et la commission électorale a ouvert des bureaux de vote pour cette diaspora en territoire russe.

Parlant à la presse russe, le chef de l'administration d'occupation de Kherson, Vladimir Saldo, revendiquait déjà la victoire lors de ce vote organisé dans l'urgence sur cinq jours, malgré les bombardements et en présence des forces armées russes.

"Il est déjà clair que la majorité écrasante des gens ont soutenu la sortie de l'Ukraine et l'union avec la Russie", a-t-il dit au sujet de la zone sous son contrôle. De son côté, le ministre ukrainien des Affaires étrangères a balayé la valeur de ces votes.

"Cela ne changera rien"

"Cela ne changera rien à notre politique, notre diplomatie et à nos actions sur le terrain militaire", a indiqué Dmytro Kouleba lors d'une conférence de presse à Kiev avec son homologue française, Catherine Colonna.

En Crimée, péninsule annexé en 2014 par la Russie, des bureaux de votes étaient ouvert pour des réfugiés de guerre de la région de Donetsk (est), partiellement contrôlée par Moscou et ses alliés séparatistes.

"Avec ma voix je veux essayer d'apporter ma petite contribution pour que la guerre s'arrête", a déclaré Galina Korsakova, 63 ans, "j'ai très envie de rentrer à la maison.

Article original publié sur BFMTV.com