Référendum, la voix du peuple ?

Libération.fr
Affichages urbains pour le projet de Notre-Dame-des-Landes, Nantes, le 15 juin. (Photo Franck Tomps)

Demander directement l’avis des citoyens sur une question précise semble le meilleur moyen de respecter le choix démocratique. Mais au lendemain du Brexit, on a plutôt assisté à une tempête de critiques sur cette consultation assimilée à une énième manifestation populiste.

C’est une sorte de paradoxe. Demander directement l’avis des citoyens sur une question précise semble le meilleur moyen de respecter le choix démocratique. Mais au lendemain du Brexit, on a plutôt assisté à une tempête de critiques sur cette consultation assimilée à une énième manifestation populiste. Le peuple se serait-il encore une fois trompé ? En privé, certains remettaient même en cause le principe d’un homme égale une voix. Exagéré ? Comme le rappellent la philosophe Corine Pelluchon et le juriste Dominique Rousseau, l’exercice référendaire est biaisé dès le départ. Cet instrument, déclenché d’en haut, n’incite pas à la délibération mais à la réaction guidée par l’émotion. N’est-il pas alors irresponsable de laisser le peuple trancher ? Comment organiser un choix éclairé ? Idéalement, il s’agit bien de faire confiance au citoyen et à sa maturité démocratique sans le traiter de «populiste» au moindre faux pas. En tout cas vu comme tel par les plus hauts gradés de la société.

Lire ausi : Le bluff démocratique par Corine Pelluchon, philosophe

En délibérant, on devient citoyen par Dominique Rousseau, juriste

Pour en finir avec le «populisme» par Albert Ogien et Sandra Laugier, philosophes



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Rwanda : l’indifférence, un racisme qui ne dit pas son nom
En délibérant, on devient citoyen
Dans quelle région partez- vous en vacances ?
Pour en finir avec le «populisme»
Le bluff démocratique