Référendum en Turquie : ce que change le "oui" à la révision constitutionnelle

franceinfo
Turquie : un pays divisé autour de son président

La Turquie est en train d'écrire une nouvelle page de son histoire. Selon un chiffre communiqué après le dépouillement de 99% des bulletins de vote, le pays a dit "oui" à 51,3% des voix, dimanche 16 avril, à la révision constitutionnelle du président Recep Tayyip Erdogan, qui vise à remplacer le système parlementaire par un système présidentiel.

Une réfome qui, selon ce dernier, est nécessaire pour doter la Turquie d'un exécutif fort et stable, et lui permettre de faire face à d'importants défis économiques et sécuritaires. Mais les détracteurs de Recep Erdogan dénoncent un texte écrit sur mesure pour satisfaire les ambitions du président turc, accusé de dérive autoritaire, notamment depuis le putsch avorté de juillet. Franceinfo revient sur ce que va changer ce texte en Turquie.

Un président (très) renforcé

Le poste de Premier ministre va disparaître purement et simplement. Le président pourra alors nommer et révoquer ses ministres, qui ne seront plus responsables devant le Parlement. Il nommera également douze des quinze membres du Conseil constitutionnel, ainsi que six des treize membres du Haut Conseil des juges et des procureurs, institution chargée de choisir le personnel judiciaire.

Le chef de l'Etat aura aussi la main sur d'autres nominations stratégiques : haut commandement militaire, chef du renseignement, recteurs d'université... Il pourra aussi demeurer chef d'un parti politique. Et déclarer l'état d'urgence en cas de "soulèvement contre la patrie" ou d'"actions violentes qui mettent la Nation (...) en danger de se diviser". Le Parlement pourra ensuite raccourcir, prolonger ou mettre fin à cet état d'urgence.

Prolongé d'un an, le mandat présidentiel sera désormais de cinq ans, renouvelable une fois. Premier ministre de 2003 à 2014, Recep Tayyip Erdogan, élu président en 2014, pourra ainsi théoriquement rester au pouvoir jusqu'en 2029 avec l'adoption de cette réforme.

Un (...) Lire la suite sur Francetv info

Au lendemain du référendum en Turquie, le pays "est divisé en deux"
VIDEO.Les toilettes de Pékin se mettent à la reconnaissance faciale pour éviter la surconsommation de papier hygiénique
Turquie : le "oui" sortirait vainqueur du référendum
DOCUMENT FRANCE 2. Le Ghana, cimetière des ordinateurs
Bangladesh : un Français disparu

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages