Référendum constitutionnel en Tunisie: l'opposition dénonce la légitimité du scrutin

La Tunisie est l’attente des résultats du référendum, après la journée de vote lundi 25 juillet. Neuf millions d’électeurs étaient appelés à se prononcer sur la nouvelle Constitution, porté par le président Kaïis Saïed. Dès lundi, l’ISIE a déjà donné un chiffre provisoire pour la participation, autour de 27%. Un chiffre dénoncé mardi par l’opposition.

Avec notre envoyée spéciale à Tunis, Magali Lagrange

Ce sont des chiffres amplifiés, qui ne correspondent pas à ce qui a été observé dans les régions, estime Ahmed Néjib Chebbi, qui dirige la coalition d’opposition Front du salut national dont fait partie Ennahda, en réaction au taux de participation annoncé par l’ISIE.

L’opposition tunisienne est vent debout contre le texte de la nouvelle Constitution, qui accorde de larges pouvoirs au chef de l’État et avait appelé au boycott. Alors, pour Ahmed Néjib Chebbi, le taux de participation annoncé est la preuve de l’échec de ce qu’il qualifie de coup d’État de Kaïs Saïed. Selon lui, le président doit maintenant « ouvrir la voie à des élections générales » anticipées.

Les partisans du chef de l’État, eux, ont célébré dès lundi soir. Quelques centaines de personnes se sont réunies dans le centre de la capitale, après la publication d’un sondage qui prévoit une victoire écrasante du « Oui ». Ils ont été rejoints par le chef de l’État. Kaïs Saïed a estimé que la Tunisie entrait dans une nouvelle phase.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles