Réduction de la dépense publique: Bruno Le Maire laisse la main au Parlement

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Trois jours après l'avertissement de la Cour des comptes sur la dégradation des finances publiques, Bruno Le Maire a annoncé dimanche confier aux parlementaires le soin de lui adresser des propositions de réduction de la dépense publique.

En plus des deux "priorités" que sont le pouvoir d'achat et le plein emploi, "je propose que nous changions radicalement de méthode pour réduire les dépenses" de l’État, a indiqué le ministre des Finances à l'occasion des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

"Je propose que ce soient les parlementaires qui se saisissent du sujet, et plus le gouvernement", a ajouté le n°2 de l'exécutif, qui a confirmé la présence du député Renaissance Daniel Labaronne au sein d'une "task force qui va repenser en profondeur la dépense publique".

"Je considère que les seuls qui ont la légitimité pour faire ce travail, ce sont les députés et les sénateurs", a jugé Bruno Le Maire, qui a tout de même écarté d'emblée "les économies de bouts de chandelle".

"Le petit coup de rabot sur les 5 euros d’APL (aides personnalisées au logement), pas sûr que ce soit notre plus grand succès du dernier quinquennat", a-t-il ironisé.

Il a également proposé d'organiser à la rentrée des "Assises des finances publiques" afin de "regarder ensemble, parlementaires et gouvernement, à quels choix nous arrivons".

La mission confiée par Bercy aux parlementaires s'annonce d'ampleur, avec un déficit public à 6,4% du PIB et une dette à 112,5% de la richesse nationale fin 2021.

Dans son dernier rapport sur la situation des finances publiques, publié jeudi, la Cour des comptes s'est inquiétée des milliards de nouvelles dépenses dégainés cette semaine par le gouvernement pour soutenir ménages et entreprises face à la forte inflation (5,8% sur un an en juin selon l'Insee).

Celles-ci "vont venir détériorer le déficit 2022 par rapport au scénario de la loi de finances initiales", qui prévoyait un déficit à 5% du PIB fin 2022, un objectif récemment confirmé par le gouvernement mais soumis à de "nombreux aléas", selon les magistrats financiers de la rue Cambon.

Le gouvernement assure de son côté que les dépenses nouvelles seront compensées par des recettes fiscales particulièrement dynamiques.

En matière fiscale justement, Bruno Le Maire a réitéré dimanche sa proposition d'affecter "toutes les recettes de la fiscalité sur les énergies fossiles" à la lutte contre le réchauffement climatique.

dga/ref/spi/spi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles