Récoltes détruites : le gel va-t-il faire augmenter les prix des fruits ?

Arpenter le verger de Jérôme Jury à Saint-Prim, dans l’Isère, c’est parcourir près de 70 hectares de fruits anéantis. Toutes les récoltes y ont été frappées par le gel. Pour les abricots, l’agriculteur déplore 100% de pertes, quasiment la même chose pour les cerises. La récolte des fraises est aussi compromise, avec "au minimum 60% de pertes", selon l’arboriculteur. Dans cette exploitation, le producteur chiffre ses pertes à 2 millions d’euros de chiffre d’affaires en moins. Seule solution selon lui, augmenter les prix des fruits encore en stock. "Ce n’est pas notre volonté de vendre cher, c’est pour essayer de compenser les pertes, tout simplement", défend-il. L’an dernier, le prix des abricots avait augmenté de 45% L’envolée des prix est déjà redoutée sur un marché de Lyon (Rhône). Derrière les étals, les vendeurs s’inquiètent. Difficile pour l’instant d’estimer la hausse. L’an dernier, la filière abricot avait vu sa production baisser de 28%, avec à la clé des prix à la hausse de 45%. Les vergers italiens et espagnols semblent eux aussi touchés. Les consommateurs français ne pourront donc pas se reporter sur les fruits étrangers.