La réclusion à perpétuité requise contre le chef rebelle libérien Kunti Kamara

AFP - BENOIT PEYRUCQ

Dernière ligne droite dans le procès de Kunti Kamara devant la Cour d'assises de Paris. La réclusion à perpétuité a été requise ce lundi contre l'ancien commandant rebelle.

« Les crimes dont il s'est rendu responsable sont les plus graves qui soient. Ils ont détruit des vies et leur gravité a porté atteinte à l'humanité toute entière », a déclaré l'avocate générale Aurélie Belliot pour justifier avoir requis la perpétuité contre l'accusé.

Durant quatre heures ce lundi, les deux avocates générales ont voulu donner toute leur valeur à la dizaine de témoins venus du Liberia partager leur histoire. Des témoignages insoutenables qui « racontent simplement, dignement et sans propos vengeur l’horreur », selon la substitut du procureur, Claire Thouault.

Le réquisitoire nous a replongé dans la brutalité des faits avec des civils frappés, exécutés, parfois mutilés avec le cœur mangé, des femmes violées en groupe... Et chaque fois, Kunti Kamara était présent.

Ce procès repose essentiellement sur des témoignages. Il n'y a pas eu d’exhumation de corps ni d’analyse ADN, mais les avocates générales ont rappelé que le contexte de guerre dans un pays dévasté et en plein chaos rendait impossible les procédures habituelles.


Lire la suite sur RFI