Réchauffement climatique : le secteur du numérique génère plus de gaz à effet de serre que l'aviation

·1 min de lecture

Les défenseurs de l’environnement avaient instillé la honte de prendre l’avion (flygskam, en suédois). Faudra-t-il bientôt parler de la honte de surfer sur Internet ou de regarder un film sur Netflix ? Selon une étude publiée dans la revue Patterns, les téléphones, ordinateurs, télévisions et autres centres de données génèrent entre 2,1 % et 3,9 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), contre 2,5 % pour l’aviation civile.

Les nouveaux usages du numérique, un gouffre énergétique

Les chercheurs ont procédé à une analyse de la littérature scientifique sur le sujet et ont révisé les chiffres à la hausse en incluant notamment les émissions totales liées au cycle de vie : fabrication (matières premières, transport…), usage (consommation d’électricité, entretien) et fin de vie (recyclage, mise en décharge…). Ils ont également pris en compte les nouveaux usages liés au numérique (Blockchain, Internet des objets, intelligence artificielle…). Et ces nouveaux usages sont particulièrement énergivores : l’entraînement d’un algorithme d’apprentissage automatique génère ainsi 284.019 kilogrammes d’équivalent CO2, l’équivalent des émissions de cinq voitures durant toute leur durée de vie ! Résultat : le secteur du numérique génère entre 1,2 et 2,2 gigatonnes d’équivalent CO2 par an, soit une hausse de 40 % par rapport aux précédentes estimations en prenant la fourchette haute.

Consommation énergétique de différents appareils domestiques. © Ademe, 2018
Consommation énergétique de différents appareils domestiques. © Ademe, 2018

Entre 2002 et 2012, les émissions du secteur de la communication ont bondi de 40 %, soit une croissance annuelle de 1,8 %. « Les émissions du secteur progressent ainsi pratiquement deux fois plus vite que les émissions globales », alertent les auteurs. En imaginant que les émissions du secteur du numérique restent stables d’ici 2050, elles représenteront 35,1 % des émissions globales d’ici là.

La consommation électrique domestique a toutefois diminué durant les 15 à 20 dernières années, grâce notamment aux progrès des...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles