Le réchauffement climatique pourrait provoquer l’effondrement de plusieurs barrières de glace en Antarctique

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Ce que les chercheurs appellent une barrière de glace, c’est une étendue de glace de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de mètres d’épaisseur. Un peu comme une immense langue glacée qui vient à la rencontre de l’océan. Retenant les glaciers qui, sans elle, s’écouleraient librement dans l’eau. Entraînant une élévation importante du niveau mondial de la mer.

L’ennui, c’est que dans le contexte de réchauffement climatique anthropique, les barrières de glace fondent par le haut et par le bas. Prises en sandwich qu’elles sont entre l’atmosphère et l’océan dont les températures augmentent. Pour mieux comprendre ce qui se joue du côté de l’Antarctique, des chercheurs de l’université de Reading (Royaume-Uni) nous présentent aujourd’hui les résultats de nouvelles simulations sous différents scénarios de réchauffement.

Selon eux, un réchauffement de 4 °C par rapport aux températures préindustrielles exposerait quatre barrières de glace — Larsen C, Wilkins, l’île du Pin et certaines parties de la barrière de Shackleton — à un risque d’effondrement par « hydrofracturation ». La faute donc notamment… à un excédent de neige !

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Entre chutes de neige et fonte des glaces

Cela peut sembler contre-intuitif. Pourtant, le réchauffement climatique devrait avoir pour effet un surplus de neige sur l’Antarctique. Un air plus chaud retient en effet plus d’humidité. Qui peut ensuite tomber sous forme de neige. Des travaux publiés récemment par une équipe internationale de chercheurs montrent d’ailleurs qu’au-dessus des terres, les chutes de neige compensent largement la fonte. La calotte glaciaire antarctique prend donc de la masse en certains endroits.

Mais, revenons à nos barrières de glace. Elles se développent en surface...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura