Réchauffement climatique : la moitié des arbres replantés ne survit pas

Préserver la vie sauvage ainsi que les ressources offertes par la forêt est une nécessité, tout comme stocker le carbone dans le sol émis par les activités humaines. Dans ce contexte de réchauffement climatique, la sauvegarde des forêts est plus que jamais d'actualité. Environ 15 % des forêts tropicales du monde se situent au sud-est de l'Asie et elles comptent parmi les meilleurs espaces de stockage de carbone, grâce à leur incroyable diversité biologique : en plus d'abriter une végétation extrêmement diversifiée, elles sont l'habitat d'espèces menacées comme les tigres, les primates et les éléphants. Cependant, au cours des dernières décennies, cette région a été touchée par une déforestation massive : 32 millions d'hectares ont disparu entre 1990 et 2010. Face à cette catastrophe écologique, de grandes actions de reforestation ont été menées. Mais cette reforestation fonctionne-t-elle réellement ? C'est justement le but d'une étude menée par une équipe internationale réunissant des scientifiques de 29 universités et centres de recherches. L'idée est d'évaluer les résultats à long terme de ces actions sur la régénération des forêts et les résultats sont assez mitigés.

Plus les forêts sont dégradées, moins les jeunes pousses ont de chances de survivre

L'étude, publiée dans Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, a analysé la croissance et la vie de 176 sites de restauration de la nature en Asie, dans des zones où les forêts naturelles ont souffert de la dégradation. L'équipe a constaté qu'en moyenne, 18 % des jeunes arbres plantés meurent au cours de la première année, et ce chiffre s'élève jusqu'à 44 % après cinq ans. Cependant, ce taux de survie varie énormément d'un site à l'autre, mais également selon les espèces. Sur certains sites, 80 % des arbres sont toujours en vie au bout de cinq ans, tandis que sur d'autres, 80 % sont morts à l'issue de la même période.

Pourquoi une si grande mortalité ? Le problème viendrait de la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura