Réchauffement climatique: «L'ensemble des Alpes est touché par un verdissement»

Selon une étude menée par des chercheurs de l'université de Lausanne (Suisse) et dont les résultats ont été publiés jeudi 2 juin dans la revue de référence Science, la végétation a augmenté sur presque 80% de la surface des Alpes au-delà de 1700 m. Antoine Guisan, biologiste et co-auteur de l'étude, ne cache pas son inquiétude.

RFI : Quel est le fait scientifique nouveau apporté par votre étude au regard de ce que l'on savait déjà sur les effets du changement climatique en montagne ?

Antoine Guisan : À notre connaissance, c'est la première étude qui montre une baisse claire des neiges éternelles en haute altitude, et un verdissement aussi important. Nous nous sommes concentrés sur les zones au-delà de 1700 m sur l'ensemble des Alpes. Dans ces espaces, la végétation a augmenté sur 77% de la surface en 40 ans. C'est spectaculaire, on ne s'y attendait pas. Dans le même temps, la surface de neiges éternelles a diminué de presque 10%, ce qui est beaucoup.

La raison pour laquelle la neige a régressé sur moins de surface que la végétation n'a augmenté pourrait être que seule la présence ou absence de neige a pu être mesurée par satellite, alors qu’un changement plus graduel a été mesuré pour la biomasse végétale. Or, si les images utilisées montrent un rétrécissement de l'étendue de la neige, elles ne disent rien de son épaisseur, qui a peut-être diminué et qui pourrait dès lors disparaître très vite si le réchauffement continue.

Comment avez-vous travaillé pour parvenir à ce résultat ?

Quelles autres conséquences ces bouleversements vont-ils avoir ?


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles