Réchauffement climatique : en Laponie, les rennes n'arrivent plus à se nourrir tous seuls

Julie Pietri

Les rudes hivers lapons, les forêts sombres et enneigées, Miia, 38 ans, a grandi avec. Son père, son grand-père et son arrière-grand-père étaient, comme elle, éleveurs de rennes en Laponie. Elle est d’origine Sami un peuple autochtone de l’Arctique. En pleine COP25 à Madrid, une série de conférence se déroule où ces peuples vont témoigner de leurs difficultés face à la hausse des températures, plus rapides qu'ailleurs dans cette région du monde.

"On peut leur donner un peu de lichen", explique Miia, en donnant à manger à ses bêtes. Nourrir les rennes, c'est du jamais vu dans sa famille. "En janvier, on peut avoir ici -40°C, c'est normal, explique Miia. Mais ces dernières années, il a fait chaud au milieu de l'hiver. Des couches de neige ont fondu et l'eau a ensuite gelé pour créer des couches de glace. Les rennes ne peuvent pas gratter sous cette glace pour trouver leur nourriture !" Cette année, sur un archipel norvégien, bien plus au nord, 200 bêtes ont été retrouvées mortes de faim. "Depuis toujours, ce sont des animaux sauvages. Je suis la première génération, dans cette zone, qui est obligée de regrouper les rennes dans des enclos pour les nourrir. Et bien sûr ça coûte beaucoup d'argent", dénonce l’éleveuse de rennes.

L’Arctique se réchauffe plus vite qu'ailleurs

Bruce Forbes, géographe

à franceinfo

"On est déjà au-delà de l'accord de Paris et la tentative de limiter la hausse des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi