Réchauffement climatique : « Il devient difficile aux politiques de continuer à ne rien faire »

·1 min de lecture

En Norvège, le secteur du pétrole, ce n’est ni plus ni moins que 14 % du produit intérieur brut (PIB). La production est en déclin. Pourtant le pays reste le premier producteur d’Europe avec près de deux millions de barils extraits par jour. Et c’est dans ce contexte qu’en septembre dernier, le peuple s’est exprimé. Après une campagne agitée par la question de l’exploration de nouvelles ressources fossiles, il a élu une coalition qui remet en cause l’ordre établi. Une coalition dont l’un des alliés réclame même l’arrêt immédiat de toute exploration pétrolière et même l’arrêt de toute exploitation dès 2035.

Nous allons réduire nos consommations d’énergies fossiles

« Il y a 20 ans, ce n’était pas le cas. Mais aujourd’hui, l’opinion publique commence à mettre la pression. En Occident, au moins. Il devient difficile aux politiques de continuer à ne rien faire. Et puis, les technologies sont disponibles. Alors, ma réponse à la question : “allons-nous réduire nos consommations d’énergies fossiles ?” est oui. J’ai assez peu de doutes à ce sujet », nous confie Xavier Arnauld de Sartre, directeur de recherche CNRS au laboratoire Transitions énergétiques et environnementales.

« Ce qui explique avant tout qu’on ne l’ait pas fait avant, c’est, il faut bien le reconnaître, que le pétrole apparait comme une énergie formidable… si on excepte son impact catastrophique sur l’environnement. Le pétrole est une énergie bon marché, stockable, transportable, avec peu d’emprise au sol. Avec le pétrole, on peut aussi construire des routes et produire du plastique. Personne n’a envie de laisser tomber une énergie aussi formidable et autour de laquelle le monde entier s’est organisé au fil des années. »

Résultat, lorsque pour la première fois l’hypothèse d’un réchauffement climatique anthropique a été démontrée par l’Académie des sciences américaine à la fin des années 1970, personne ne s’en est inquiété. Jusqu’au milieu des années 1990. C’est à ce moment-là que les...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles