Réchauffement climatique : ces chercheurs proposent des « points de basculements positifs » pour renverser la tendance

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Les anglophones les appellent « tipping points ». Nous parlons volontiers de « points de basculement ». Ce moment où une petite évolution déclenche un emballement – souvent irréversible – de la dynamique d’un système. Depuis quelques mois, les exemples de points de basculement mis en avant dans la presse ne manquent pas. De la fonte des glaces à la déforestation, atteindre ces « tipping points » pourrait avoir des conséquences catastrophiques sur nos sociétés.

Changement climatique : la moitié des points de non-retour atteints plus vite que prévu

Et aujourd’hui, des chercheurs de l’université d’Exeter (Royaume-Uni) attirent notre attention sur de nouveaux points de basculements. Bonne nouvelle toutefois ! Car ils se sont intéressés à des « tipping points » qu’ils qualifient de positifs. Des points de basculements qui pourraient nous aider à gagner la guerre engagée contre le réchauffement climatique.

« Nous avons laissé passer notre chance de lutter progressivement contre le réchauffement climatique. Pour le contraindre en dessous de 2 °C, nous devons désormais envisager un changement transformationnel, une accélération rapide des progrès, explique Tim Lenton, chercheur, dans un communiqué de l’université d’ExeterAinsi, le secteur de la production d’électricité va devoir se décarboner quatre fois plus rapidement qu’il ne fait aujourd’hui et le rythme de la transition vers des véhicules à zéro émission doit doubler ».

Selon lui, c’est possible, justement grâce aux points de basculement positifs que son équipe a identifiés.

L’électricité renouvelable et les voitures électriques en première ligne

Les chercheurs citent ainsi l’exemple du Royaume-Uni. Le pays a décarboné sa production d’électricité plus rapidement que la plupart des autres. Comment ? Grâce à une taxe carbone et à des textes européens qui ont fait perdre au...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura