Réchauffement climatique : baby-boom d'araignées en Arctique

Céline Deluzarche, Journaliste
Futura

Les températures dans l’Arctique atteignent depuis plusieurs années des records, ce qui entraîne une fonte des glaces accélérée. En 2019, le Groenland a ainsi perdu 600 milliards de tonnes de glace. Ce réchauffement ne fait pas que des malheureux. L’allongement de la saison estivale, où la toundra est libérée de la neige, profite notamment aux insectes et aux araignées. Une équipe de chercheurs danois a ainsi constaté que les araignées-loups (Pardosa glacialis), une espèce endémique de l’Arctique, produisent à présent deux portées par an au lieu d'une.

Les chercheurs surveillent les araignées-loups depuis plus de 20 ans grâce à des petits pièges installés dans la végétation. « Cette longue série chronologique nous permet de montrer comment les petits animaux de l'Arctique modifient leur cycle de vie en réaction au changement climatique », témoigne Toke T. Høye, principal auteur de l’article paru dans la revue Proceedings of the Royal Society B. Les insectes et araignées étant à la base de la chaîne alimentaire, ce phénomène pourrait avoir des répercussions sur l’ensemble de l’écosystème, font valoir les chercheurs. Un changement climatique qui ne profite pas à tout le monde. L’an dernier, 200 rennes sont morts de faim dans le Svalbard en raison de l’hiver chaud et pluvieux, et dans le Groenland, la saison de reproduction a été quasiment anéantie par la neige.


Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

À lire aussi