Comment le réchauffement climatique accélère le déplacement de l’axe de rotation de la Terre

Nathalie Mayer, Journaliste
·1 min de lecture

L’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre par rapport au plan de l’écliptique n’est pas constante. Les scientifiques tentent encore de comprendre quels sont exactement les phénomènes à l’origine de cette variation. Mais la façon dont l’eau se distribue à la surface de notre planète semble être un facteur important. Et aujourd’hui, des chercheurs de l’Académie des sciences chinoise nous apprennent que la fonte des glaciers dû au réchauffement climatique anthropique en cours a suffisamment redistribué les eaux pour accélérer le déplacement du pôle nord, le faisant basculer du sud vers l’est au milieu des années 1990.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont calculé la perte totale en eau stockée sur les terres dans les années 1990. Ils se sont appuyés sur des données de fonte des glaciers et des estimations du pompage des eaux souterraines. Et les pertes d’eau des régions polaires font figure de principal moteur de la dérive polaire. Une dérive dont la vitesse moyenne entre 1995 et 2020 est environ 17 fois supérieure à celle de la période 1981-1995.

La fonte des glaciers en Alaska, au Groenland, dans les Andes du Sud, en Antarctique, dans le Caucase et au Moyen-Orient s’est accélérée au milieu des années 1990, devenant le principal moteur poussant les pôles de la Terre dans une dérive soudaine et rapide à une vitesse de 3,28 millimètres par an. L’intensité des couleurs sur la carte montre où les changements dans l’eau stockée sur la terre — principalement sous forme de glace — ont eu l’effet le plus important sur le mouvement des pôles d’avril 2004 à juin 2020. Les graphiques en médaillon représentent le changement de la masse des glaciers (noir) et le changement calculé dans l’eau sur terre (bleu) dans les régions de plus grande influence. © Deng et al (2021) Geophysical Research Letters, AGU
La fonte des glaciers en Alaska, au Groenland, dans les Andes du Sud, en Antarctique, dans le Caucase et au Moyen-Orient s’est accélérée au milieu des années 1990, devenant le principal moteur poussant les pôles de la Terre dans une dérive soudaine et rapide à une vitesse de 3,28 millimètres par an. L’intensité des couleurs sur la carte montre où les changements dans l’eau stockée sur la terre — principalement sous forme de glace — ont eu l’effet le plus important sur le mouvement des pôles d’avril 2004 à juin 2020. Les graphiques en médaillon représentent le changement de la masse des glaciers (noir) et le changement calculé dans l’eau sur terre (bleu) dans les régions de plus grande influence. © Deng et al (2021) Geophysical Research Letters, AGU

L’impact étonnant des activités humaines sur la Terre

La fonte de plus en plus rapide de la glace avec le réchauffement climatique ne peut toutefois pas...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura