Réchauffement climatique : « pour éviter le désastre, nous devons en être pleinement conscients »

Qu’adviendra-t-il de notre monde si les températures devaient grimper de +1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle ? Et si elles s’élevaient finalement de +2 °C ? Depuis quelques mois, quelques années, de nombreux travaux de recherches se sont penchés sur la question. Parce que ces valeurs de réchauffement climatique anthropique correspondent aux objectifs fixés par l’Accord de Paris sur le climat. Mais que se passerait-il si nous ne parvenions pas à limiter suffisamment nos émissions de gaz à effet de serre ? Si les températures finissaient par augmenter de +3 °C ? Ou même plus ? Si nous devions vraiment affronter le pire des scénarios ?

Des chercheurs de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) appellent aujourd’hui à très sérieusement se poser la question. Pour commencer à se préparer à la possibilité d’une atteinte sévère à l'humanité, d'une « fin de partie climatique ». Même si les probabilités pour que cela arrive restent pour l’heure encore relativement faibles.

Selon les chercheurs, « le réchauffement climatique anthropique pourrait devenir catastrophique. Il y a même de nombreuses raisons de le croire. » Et pas seulement si les températures venaient vraiment à grimper plus que de raison. Aussi dans le cas — possiblement plus probable — où ce réchauffement devait finir par provoquer des cascades d’événements. En d’autres mots, si d’un risque « simple », nous nous retrouvions à affronter un risque « composé »« Comme c’est généralement le cas dans le monde réel. »

Avoir conscience du risque réel pour passer à l’action

Ainsi, le risque avec le réchauffement climatique, ce n’est pas seulement la hausse des températures et les effets directement...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles