Rébellion du M23 en RDC: combats, mouvement de panique et diplomatie

REUTERS - ARLETTE BASHIZI

En RDC, les armes continuent de parler au nord de la ville de Goma. Les militaires congolais font toujours face aux rebelles du M23, provoquant des mouvements de populations. Depuis plusieurs jours maintenant, les combats se concentrent notamment au nord de la ville de Goma.

Si les combats se sont poursuivis une partie de la journée, il n’y a pas eu d’évolution sur les positions. Dans le nord du Rutshuru, la situation à Mabenga est stable. À l’ouest, il y a encore des incertitudes sur le sort de Tongo, de l’autre côté du parc des Virunga.

Enfin, à une vingtaine de kilomètres au nord de Goma, les militaires congolais font toujours face au M23 à Kibumba, dernier verrou sécuritaire avant la capitale provinciale. « Les FARDC se comportent très bien sur les terrains des opérations et contiennent l’ennemi », dit ce soir le gouverneur militaire du Nord-Kivu qui appelle la population à rester calme face aux rumeurs.

Il fait référence à un mouvement de panique qui s’est emparé du camp de déplacés de Kanyaruchinya, à l’entrée de Goma, cet après-midi. Une grande partie des familles qui y avaient trouvé refuge ont fui, craignant des intrusions du M23. C’était juste avant l’arrivée de l’ancien président kényan et facilitateur de la communauté est-africaine. Uhuru Kenyatta qui a évoqué un désastre humanitaire.

Les déplacés ont donc pris le chemin de Goma, leur dernier refuge, selon un responsable de la société civile qui confie un peu dépité : « Après, je ne sais pas où nous pourrons aller. »


Lire la suite sur RFI