Les réactions au Tchad après la mort d'Hissène Habré

·3 min de lecture

L'ancien dictateur tchadien est décédé ce mardi 24 août à Dakar. Il était hospitalisé suite à une contamination au Covid-19. Il purgeait une peine de prison à vie pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Du citoyen tchadien qui a connu son régime à ses anciens lieutenants, la mort d'Hissène Habré ne laisse pas indifférent. Témoignages.

Les proches de victimes espèrent recevoir les indemnisations

Hissène Habré était censé verser 20 millions de CFA à chacune des 8600 victimes constituées parties civiles. Or, ces sommes n'ont jamais été versées aux plaignants. Pour Clément Aibaifouta, président de l'Association des victimes des crimes du régime d’Hissène Habré, la mort de l'ex-président tchadien doit permettre aux instances judiciaires d'accélérer le processus d'indemnisation.

Pour certaines de ces victimes, le souvenir des geôles d'Hissène Habré est encore vif, comme en témoigne Souleymane Guengueng, vice-président de l'Association des victimes des crimes et répressions politiques au Tchad.

L'héritage d'Hissène Habré

Quelle trace Hissène Habré laisse-t-il dans la mémoire des Tchadiens ? Avant tout celle d'un dictateur qui a commis des crimes contre son peuple, estime l'universitaire, juriste et politologue Ousmane Houzibé. Mais cet enseignant de droit constitutionnel et de sciences politiques à l'Ecole nationale d'administration du Tchad, juge aussi qu'Hissène Habré a su imposer une certaine fierté nationale et lutter contre la corruption.

Malgré tout, l'héritage de celui a dirigé le Tchad est diversement apprécié par la rue. Il y a ceux qui saluent ses qualités de bon gestionnaire de l'État et ceux qui pointent les cruautés de son régime et les victimes jusque là non indemnisés alors que la justice a condamné l'ancien président depuis cinq ans.

La classe politique réagit également

Jean-Bernard Padaré, le secrétaire général adjoint et porte-parole du MPS, le parti du maréchal-président Idriss Déby, adresse ses condoléances à la famille Habré. Il revient lui aussi sur l'héritage de l'ancien président...

Saleh Kebzabo, chef de file de l'opposition sous Idriss Déby et plusieurs fois candidat à l'élection présidentielle, a été récemment nommé vice-président du comité d'organisation du dialogue national. Il réagit au décès d'Hissène Habré.

À écouter aussi : Goukouni Weddeye: Hissène Habré «reste un homme d’État dans l’histoire tumultueuse de notre pays»

Enfin, le témoignage du général Gouara Lassou qui fut la deuxième personnalité de l'État sous le règne de Hissène Habré. L'officier à la retraite estime aujourd'hui que l'ancien président Tchadien a été un des meilleurs chefs d'État de l'histoire du Tchad. Il conteste même les 40 000 morts attribués au régime dont il était le numéro deux.

Au Sénégal, Hissène Habré laissera aussi quelques souvenirs

Il a vécu trente ans au Sénégal, entre les quartiers de Ouakam et des Almadies. De quoi tisser son réseau et construire une bonne réputation. Notre correspondante à Dakar, Théa Ollivier, s’est donc rendu dans ces quartiers pour recueillir les témoignages de ceux qui l’ont côtoyé lui et sa famille de très près.

À écouter aussi : nos éditions spéciales de ce mercredi 25 août

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles